Le CERAP mène une recherche scientifique autour d’un vaste projet écologique

nature écologie enfance
Auteur(s) :

Hélène Bourhis - Professeure auxiliaire invitée de l'UFP, Docteure en sciences de l'éducation, psychopédagogue, Directrice de l'enseignement de CF3P

Docteur en sciences de l'éducation. Directrice de formation en pédagogie perceptive appliquée aux métiers de la santé à CF3P

Les questions liées à l’écologie et au développement durable atteignent ces dernières années un pic d’intérêt et d’investissement tant au niveau national que planétaire. L’enquête Opinion Way menée en 2015, réalisée sur 1006 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus, indique que 83% des français souhaitent que la protection de la nature prime sur le développement économique, 96% considèrent avant tout la nature comme un lieu de bien-être et de ressourcement et 89% la considèrent comme un espace de loisir. Ces chiffres montrent l’intérêt de la population française pour la nature.

Concernant le point de vue des jeunes à l’égard de l’environnement, un sondage mené par Pronovost G., J Robitaille et C. Payeur, publié en 2010 à l’université du Québec à Trois-Rivières, questionne le regard des jeunes sur la nature et les activités de plein air (le questionnaire a été soumis à 1297 enfants, dans 25 écoles réparties dans toutes les régions francophones du Québec).

Cette étude fait ressortir que 45% des jeunes ne s’intéressent pas à l’environnement, 66% manquent d’intérêt et de motivation pour l’environnement et 50% ne croient pas que le fait d’aller en nature ou en plein air leur apporte quelque chose. Cependant, il apparaît un désir et un besoin des jeunes de pratiquer des activités de plein air. Ainsi, 59% considèrent que l’école devrait proposer des activités en plein air plus souvent, 90 % disent aimer se retrouver dans la nature parce que cela leur fait du bien et 84% souhaitent faire plus d’activités en plein air et en pleine nature.

 « Le grand secret du lien » est une immersion dans la nature impliquant 50 enfants, adolescents et jeunes adultes de 5 régions de France, dans leur lien avec la nature. L’expérience du voyage en pleine la nature se déroulera de septembre 2017 à juin 2018. Les participants sont répartis par groupes de 10 par région durant 20 et 25 jours.

gsdl.png

Au delà de l’animation réalisée par des « passeurs de nature » autour d’un programme qui vise à sensibiliser les jeunes à la nature, le CERAP, sous la direction de Hélène Bourhis, docteur en sciences de l’éducation, a été sollicité pour évaluer les effets de cette expérience sensible sur les participants à cette immersion.

Le programme de ce voyage est construit à partir d'un programme pédagogique réalisé par les “passeurs de nature” qui sont des professionnels agrémentés ayant pour cœur de métier l'éducation à l'environnement et par des pédagogues de la perception qui proposeront des techniques d’écoute, de toucher, et des actions qui favoriseront le lien sensible avec la nature et la réhabilitation de la place du corps, du ressenti et de la conscience corporelle dans le rapport avec la nature.

Dans le cadre de l’expérience sensible proposée dans le « Grand secret du Lien » nous étudierons à travers une approche qualitative et phénoménologique, les effets de l’éducation corporelle et sensible sur le lien des jeunes avec la nature et sur les prises de conscience qui émergeront de ce rapport sensible.

Nous évaluerons un ensemble d’expériences qui sont directement liées à la découverte de la nature et à l’expérience sensible en nous appuyant sur des catégories comprenant les notions de bien-être (plaisir, forme physique, relaxation), les situations de défis (aventure, dépassement, compétition), le rapport aux autres (socialisation, communication), le rapport à la nature (rapprochement avec la nature, contemplation), l’expérience sensible (perceptions ressentis, vécus du corps), et le retour vers soi (évasion, émotions, introspection, prises de conscience, décisions) et déploiement de nouvelles attitudes envers la nature (comportements écologiques)

Pour mener à bien leur projet, les initiateurs et organisateurs ont lancé un appel au don. Si vous souhaitez permettre au "Grand secret du Lien" de voir le jour, rendez vous sur le site de crowdfunding. Grâce à un don minimum de 5 euros, vous soutiendrez et participerez à ce projet. 

Hélène Bourhis